Home » Uncategorized » Broncho-pneumopathie chronique obstructive

Broncho-pneumopathie chronique obstructive

Une femme atteinte de BPCO se plaindra d'être essoufflée, fatiguée. / 72654858/fmarsicano - Fotolia

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), maladie qui détruit insidieusement les poumons, touche 5 à 10 % des adultes de plus de 45 ans. Mais le retard diagnostic est fréquent, en particulier pour les femmes.

C’est une maladie respiratoire dont on parle peu et qui tue pourtant cinq fois plus que les accidents de la route. La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) atteint 3,5 millions de personnes en France, dont un million a des symptômeset un peu moins d’un quart une forme sévère. «Le tabac c’est 60.000 morts par an en France, l’alcool 45.000, la BPCO 17.500 et la route 3500. Il faut hiérarchiser!», n’a pas peur d’insister un vieux routier de la santé publique, le sénateur Charles Descours, qui intervenait en ouverture du colloque annuel de l’association BPCO il y a quelques jours à Paris.

Il est vrai que la BPCO est la grande absente des mesures de santé publique. La journée mondiale de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) organisée ce 19 novembre vise plus particulièrement à sensibiliser chacun d’entre nous à cette maladie, en particulier les fumeurs ou anciens fumeurs, qui constituent 80 % des malades. Car deux individus atteints sur trois ignorent qu’ils le sont et que leurs poumons se détruisent progressivement. La moitié sont à un stade léger et plus d’un tiers à un stade modéré de la maladie.

Un diagnostic plus difficile chez les femmes

Pour affirmer le diagnostic, il faut réaliser des mesures du souffle (exploration fonctionnelle respiratoire) chez un pneumologue – mais encore faut-il que quelqu’un pense à la maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *